" />
11 octobre 2014

Groupe Electrogène

Groupe Electrogène

 

Depuis la semaine dernière, le Fort est prêt à retrouver la lumière avec l'installation d'un nouveau groupe plus moderne et plus puissant  qui vient en remplacement de celui qui jusque là,  avez fourni l'énergie nécessaire à nos tâches (travaux et visites) . Il a fallu une matinée pour la mise en place de l'engin, grâce au travail de préparation qui avait été fait en aval par les bénévoles de l'association. Son raccordement devrait intervenir prochainement!!!

Ci-dessous quelques photos de sa mise en place.

 

 

 

IMG_3267[1]

IMG_3266[1]

 

 

 

 

IMG_3268[1]

IMG_3269[1]

IMG_3270[1]IMG_3271[1]

IMG_3272[1]IMG_3273[1]

IMG_3274[1]

IMG_3275[1]

IMG_3278[1]

 

IMG_3276[1]

IMG_3277[1]

Posté par FortdeLiouville à 10:53 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


11 Octobre

11 Octobre    Les mêmes postes sont envoyés aux mêmes emplacements que les jours précédents pour tirer sur les aéroplanes. Le service de surveillance assuré par des factions placées autour du fort continue comme précédemment.

Le Maire le Liouville ayant réclamé au Gouverneur 50 rations de pain pour les habitants ordre est donné à l'adjudant d'administration de faire la quantité nécessaire qui sera payé comptant.

15h Ce soir le Ct de l'artillerie ouvrira enverra une corvée qui sera chargée de rapporter ou de faire disparaître les culasses de tous les canons.

Le Détachement se tiendra prêt à marcher ce soir après la soupe probablement pour toute la nuit

Si le Capitaine Fauquinon n'est pas rentré Mr Papin prendra le commandement de tout le détachement.

Le Fort a été bombardé une partie de la nuit.

Dans le journal de l'artillerie

11 octobre

Posté par FortdeLiouville à 07:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 octobre 2014

10 octobre

10 Octobre  Une forte canonnade a eu lieu une partie de la nuit en avant de nous. Ordre est donné au détachement de se tenir prêt à marcher au premier appel, il sera réuni les faisceaux formés à la sortie N.O. de Girauvoisin où il recevra les ordres.

Les mêmes postes seront envoyés aux mêmes emplacements qu'hier pour tirer sur les aéroplanes.

Le poste télégraphiques du fort transporté à la gare de St Julien  continuera à prendre et à recevoir les télégrammes privés de la garnison du fort mais ce dernier ne sera assuré qy'autant que la ligne ne sera pas en service pour l'autorité militaire. Les télégrammes urgents seront d'abord visés par le Gouverneur. (le texte est trouble, quelques doutes sur les mots employés).

10h Le colonel Ct la 32e Brigade m'écrit qu'il doit dans le dénuement le plus complet, et qu'il leur manque les objets de première nécessité tels que bougies allumettes etc. et demande si on pourrait pas leur en céder à titre de remboursement sur les réserves du fort. Il désirerait aussi se procurer 5 ou 6 paires de gants moufles et un pantalon pour cycliste. En conséquence le Gouverneur prie le Capitaine Ct. la compagnie d'Infanterie de vouloir bien envoyer une corvée au Fort pour essayer d'y trouver les objets en question.

10h  Reçu note Colonel Ct 32e Brigade à Gouverneur Fort Liouville

Cette nuit violent bombardement sur tout le front de la 32e Brigade. A 4h violente attaque sur le bastion N de l'ouvrage du bois Brûlé. Les allemands y ont pénétré; ils ont été chassés par le tir à obus explosifs de notre artillerie. Actuellement nous occupons l'ouvrage. L'ennemi a subi de grosses pertes. Prière de vouloir bien indiquer au chasseur porteur du pli, l'emplacement des troupes du Fort.

        St Agnant 10 octobre 1914-9h45

                                     C  ........... (nom illisible) Ct la 32e Brigade

12h  On entend une vive fusillade dans la direction du bois Brûlé

Le détachement Ordre est donné au détachement de se porter dans le ravin  lisière O du bois des Bluses. Une section est placée en observation à la lisière N.O.

A 18h ordre est donné au Détachement de regagner son cantonnement.

Quelques obus sont encore arrivés sur le fort vers le soir.

 

Artillerie

10 octobre. 70e  .Le lieutenant 12 heures. La garnison se porte dans le ravin S.O. du bois des Bluses. (vive fusillade vers le bois Brûlé)

18 heures. La garnison rejoint le cantonnement

Le Lt Papin écrivait :Des nuits écourtées, des marches interminables en terre labourées, des faux départ de cantonnements qui nous laissent mouillés et sans vivres au retour, bref, les mauvais jours que plus d’un a connu au début de la campagne, qui furent pénibles à des hommes déjà exténués.

 

Posté par FortdeLiouville à 17:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

9 octobre

9 Octobre.  5h Le Bombardement a cessé. Des ordres sont donnés à la Cie d'Infanterie pour qu'une demi-section soit placée à la lisière du bois Jurien, une section mitrailleuse dans le bois au dessus de St Julien pour tirer sur les aéroplanes.

13h25  Ordre est donné au Détachement de se tenir prêt à marcher au premier appel. En conséquence il sera réuni les faiceaux formées à la sortie N.O. de Girauvoisin où il recevra les ordres.

A 18h  ordre est donné au Détachement de rentrer à son cantonnement : Des postes sont envoyés toujours placés autour du fort et reliés avec l'Etat-major de la 32e brigade qui est à St Agnant par le téléphone du Ct d'artillerie dont d'un groupe est d'artillerie placé dans un peu en arrière de la lisière N.E. du bois des Bluses.

Quelques obus sont tombés sur le Fort dans la journée

Les obus de 120 et les gargousses sortis du fort par l'artillerie sont toujours à la lisière Est du bois des Bluses.

 

 Artillerie

 

9 octobre. 69e.  Le bombardement cesse à 5 heures; quelques obus seulement sont envoyés dans la journée.

le Lt Papin note :

Notre garnison est disloquée, le gouverneur occupe St Julien quand nous même nous sommes à Girauvoisin.

Posté par FortdeLiouville à 11:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

8 octobre

8 Octobre  Le bombardement du Fort a continué toute la journée du 7 et la nuit du 7 au 8. L'addon est chargé de faire le pain nécessaire pour les habitants de Liouville qu'ils l'ont demandés. Ce pain sera payé aussitôt.

6h  Ordre du Gouverneur : Le gouverneur rappelle pour une dernière fois que lorsqu'un aéroplane ennemi survole nos lignes, tous les hommes doivent rentrer dans leurs cantonnements, il défend également de s'absenter, soit pour aller dans les champs ou sur les routes. Les Cts d'unités veilleront à l'exécution de ces ordres avec la plus grande sévérité. Les chefs de poste veilleront à ce que toutes les issues soient barricadées toutes les nuits

10h  Les avions allemands survolant souvent nos batteries, ces dernières ont demandé à l'Infanterie de vouloir bien prendre les dispositions pour pouvoir tirer sur eux. En conséquence, le Gouverneur prescrit :

1e Une demi-section ira s'installer sur les pentes sud-ouest du Fort dans le bois qui se trouve au dessus de St Julien. Mr Bambillier prendra ses dispositions pour qu'une section de mitrailleuses soit disposée dans le même but sur la même position.

2t  Une demi section à la lisière du bois Jurien

Les tirs sur les avions seront fait collectivement sous les ordres du sous officier commandant la fraction. Tous les postes placés autour du Fort devront recevoir la même mission. Ce service commencera après la soupe du matin et cessera à la tombée de la nuit.

Le Ct de l'Artillerie rendra compte au Gouverneur si les obus et gargousses de 120 ont été enlevés cette nuit. Le Gouverneur autorise le Ct de l'Artillerie à se démunir d'un certain nombre des ses hommes pour être détachés auprès du 5e d'Artillerie lourde pour y faire le service des pièces, Cette disposition provoquée par une demande du Colonel d'Artillerie commandant ce régiment.

Pendant la nuit la Cie d'Infanterie continue ses travaux de retranchements. Le bombardement du Fort a continué une partie de la nuit.

 

Artillerie

8 octobre. 68e La sortie des obus de 120 a continué dans la nuit du 7 au 8.

-12 canonniers sont prêtés à une batterie du 5e regt d'artillerie lourde pour exécuter les travaux de terrassement

Le bombardement continue la journée et une partie de la nuit.

le Lt PAPIN écrit :

Vinrent les plus mauvais jours …

Ceux d’une troupe errante d’artillerie sans canons, sans chevaux, et sans voitures….recevant le commandement de chefs inconnus et multiples…au hasard des besoins du moment.

Nous étions à la jonction de la 1°et 2° armées.

Posté par FortdeLiouville à 05:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


06 octobre 2014

7 octobre

7 Octobre. 9h Gouverneur Liouville envoie un télégramme à Gl Ct l'armée. Très péniblement avons pu retirer 460 obus 120 et 12 caisses gargousses réunis à la sortie E du bois des Bluses où vous pouvez les faire prendre. Avons eu deux artilleurs bléssés légèrement pendant le bombardement.

10h 15 Ordre du Gouverneur : Le Ct d'Infanterie fera reposer ses hommes dans la journée de manière à ce que ce soir aussitôt après la soupe ils puissent remonter au Fort pour y continuer les travaux de retranchements

Le Ct de l'artie prendra toutes dispositions utiles pour continuer à sortir projectiles et gargousses de 120.

Le Gouverneur ayant pressenti le Ct Marcilley Ct l'artillerie de campagne au sujet de l'emplacement de quelques pièces de 90 existant encore en dehors du Fort ce Ct a fait la réponse suivante : Mes Bies occupent tout le plateau déboisé entre le fort et le bois des Bluses où elles sont même à l'étroit et il ne reste aucune place pour installer d'autres pièces. Signé Marcilley  

17h  Reçu compte rendu du Lt Papin Ct l'artillerie au sujet du transport des obus.

D'après ce rapport les ordres qui avaient été donnée par le Gouverneur ce matin à l'artillerie à ce sujet sont annulés

 

Artillerie

 

7 octobre. 67e  .Le bombardement a continué toute la journée et la nuit suivante

Le lt Papin écrit :Après ces premières journées où de jour nous servons de fantassins, et de nuit, d’hommes de corvées pour transporter  nos munitions et mettre  nos culasses et accessoires d’artillerie en lieu sûr...

Posté par FortdeLiouville à 13:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 octobre 2014

6 octobre

6 Octobre  8h 15 Reçu de Neuves maisons (état major de l'armée télégramme

Rendre compte de ce qui a été fait les deux dernières nuits pour l'évacuation des obus  de 120.

9h Bombardement du Fort commence

9h 20 Réponse du Gouverneur de Liouville.

Le Gouverneur du Fort de Liouville a l'honneur de rendre compte qu'il a transmis par téléphone le 4 à l'état major de l'armée, le compte rendu suivant du Ct d'Artie du Fort au sujet des obus de 120.« Il n'a pas été possible de sortir de munitions de 120. Le seul magasin dont l'accès soit possible est l'abri 6. Les caisses à poudre ont sauté projetant les projectiles qui se trouvaient dans l'abri. Les obus à mitraille ont éclaté. Les obus à mélinite amorcés, dispersés en tous sens par l'explosion ne peuvent plus être manipulés. Ils sont dangereux pour le transport et le service des batteries » Observation : Pendant l'opération de la nuit du 3 au 4 Octobre, une partie de la voûte de la chambre située sous L'horloge, s'est écroulée spontanément (on ne tirait pas sur le fort depuis 3 heures) 5 hommes employés aux transports se trouvaient dans la chambre au moment de la chute de la voûte. Un seul a été contusionné, blessé au genou assez grièvement. A la suite de ce rapport, l'opération avait été suspendu. Inutile de dire qu'à chaque opération de nuit le bombardement recommence. Dans la nuit du 4 au 5 nous avons retiré du Fort, les chevaux, essayé de dégager les papiers et la caisse

Dans la nuit du 5 au 6. infanterie et Artillerie ont travaillé le 1 ère à continuer ses travaux de tranchée, la 2 e a fait son possible pour amener des 90 et des 120 placés en dehors sur des emplacements reconnus dans la journée

On a aussi sorti 2 sections de mitrailleuses. Après avoir éventés par un projecteur ennemi la troupe et le fort ont subi un bombardement violent. Le Gouverneur serait heureux si un officier d'Etat-major pouvait venir se rendre compte sur place de l'état des lieux comme l'a fait le Colonel Bouttiaux, du service de l'aviation à qui on peut demander des renseignements.

A 10 h  Réponse de l'armée : Neuves-maisons

Laissez de coté l'abri 5 et occupez-vous de dégager ceux d'entre les autres dont l'entrée est le moins encombrée

A 10h 15  Ordre du Gouverneur. Mr Papin commandt l'artillerie se portera au Fort aussitôt après la soupe avec ses hommes (moins ceux ayant travaillé la nuit dernière) et fera son possible et même l'impossible pour donner satisfaction à la dépêche ci dessus du Général. Il s'agit toujours de dégager les obus de 120. Il rendra compte ce soir par écrit de sa mission au Gouverneur. Un compte-rendu ayant été envoyé ce matin au Général sur les difficultés rencontrées et sa réponse est celle que vous lisez. Je lui disais entre autres choses : le seul magasin dont l'accès soit possible est l'abri 6. N'importe, tâchons d'y arriver coûte que coûte. Mr Saxe devra bien entendu vous accompagner.

A 11h  Reçu le compte rendu suivant du Capitaine Ct la 14e Cie. J'ai l'honneur de vous rendre compte que le travail des tranchées n'a pu continuer après 9h20; le bombardement sur le Fort et le plateau ayant ayant recommencé vers cette heure

Vers 9h j'ai vu une fusée éclairante lancée de la trouée de Varnéville ou des pentes des Recollets dans la direction de la route Apremont St agnant. Cette fusée a éclairé pour nous les pentes du plateau de la Louvière et a dû éclairer pour l'ennemi les pentes de Liouville sur St Agnant. 15" Après le bombardement commençait. Après m'être assuré que rien n'était arrivé aux hommes travaillant dans le Fort qui ont pu sortir une section de mitrailleuse et 720 kilos de farine, j'ai ramené le détachement de travailleurs, dans le ravin de St Julien ou j'ai fait un arrêt de trois quarts d'heure pensant que le bombardement cesserait. Celui-ci continuant j'ai fait rentrer la troupe et suis resté à St Julien avec Mr Vandervinck pour faire une enquête sur un feu allumé nous a dit un officier du Bataillon qui y cantonne dans la maison incendié près de l'église, vers 8h 1/2. J'ai constaté en effet que de la paille nouvelle avait été déposée sur les décombres et avait dû être enflammée. A la suite de l'enquête que nous avons fait aidés par un médecin-major, nous avons supposé que ce feu avait très bien pu être allumé par les habitants de la maison en face et au dessus de la maison incendiée. Ces gens (berger de St Julien) sont étrangers et ont une attitude louche. Nous avons prévenu l'officier de la brigade, chargé de l'espionnage. Il doit faire une enquête ce matin. Il est évident que notre départ pour le plateau a été éventé signalé. La nuit n'était pas très claire et nous ne pouvions être vu avant le départ de la fusée

Le Lieutenant Mignot a été envoyé en liaison avec le Ct d'Artillerie

A 13h 40  Reçu note du Colonel Marlier Ct la 32' brigade.

A 13h 45  Ordre du Gouverneur. La 32e Brigade attaque aujourd'hui à partir de 14h le bois Jura et Apremont. Le Colonel Marlier commandant cette brigade demande que la garnison de Liouville se tienne prête aux environs du fort à tout événement et envoyer un agent de liaison à bicyclette à la Carrière N.O. de St Agnant. Départ de Girauvoisin aussitôt après avoir reçu cet ordre.

14h 50  La troupe est placée dans le bois des Bluses. Un agent de liaison à bicyclette est envoyé au Colonel Marlier.

18h  Le bombardement ayant cessé le Lt Bambillier et une équipe de mitrailleurs est envoyé au Fort pour achever de sortir les mitrailleuses.

Une corvée d'artillerie se rend également au Fort pour sortir des obus de 120

21h  Ordre est donné à la garnison de regagner son cantonnement.

21h 10  Le bombardement reprend avec intensité. Malgré le bombardement la corvée d'artillerie a réussi à sortir 460 obus de 120 et 12 caisses de gargousses qui sont déposés à la sortie E du bois des Bluses. Dans le cours de cette opération deux artilleurs ont été blessés.

Artillerie

 

6 Octobre. 66e  9 heures. Le bombardement du fort continue.

14 heures. La partie disponible de la garnison du fort quitte Girauvoisin pour se rendre au bois de Blusses. Mouvement prescrit ou reçu d'un renseignement du Colonel Ct la 21t brigade d'Infanterie qui demande que la garnison de Liouville se tienne prête aux environs du fort pendant que la brigade attaquera le bois Jura et Apremont.

18 heures. Une corvée se rend au fort pour sortir des obus de 120L.

21 heures. La garnison rejoint Girauvoisin

21h10. Le bombardement reprend avec intensité

La corvée a sorti dans la nuit. 460 obus de 120 et 12 caisses de gargousses

le Lt Papin écrit:

L’automobile du Lt MIGNOT, amenée par lui lors d’une période qu’il effectuait, et réquisitionnée dès la mobilisation pour les besoins du Service, eut un sort moins enviable, après être restée huit jours indemne sous un recoin de gaine, elle fut pulvérisée le neuvième, à tel point que l’on retrouve que des morceaux épars dispersés partout.

Et combien d’autres objets eurent le même sort !!!

Posté par FortdeLiouville à 07:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 octobre 2014

5 octobre

5 Octobre. 8h Ordre du Gouverneur. Aussitôt la soupe du soir la Cie d'Infanterie ira achever ou continuer les travaux de fortification entrepris autour du Fort. Cette Cie rentrera au jour. L'Artillerie restera en cantonnement d'alerte faisceaux formés. Le commandt d'Artie est prié d'étudier les emplacements de Bie autour du Fort, emplacements sur lesquels il sera chargé de construire des épaulements. Ses projets devront parvenir au Gouverneur ce soir au plus tard. Le médecin chef de service donnera des ordres pour que le personnel suffisant suive la colonne d'Infanterie ce soir.

9h30 Bombardement du Fort.

16h Le Gouverneur du fort de Liouville prie les Maires des localités de St Julien et, de Girauvoisin et de Liouville de vouloir bien faire publier immédiatement l'ordre formel suivant :

Pendant les journées du 5-6-7 Octobre, il est absoluement défendu à qui que ce soit de quitter la localité qu'il habite. Aucun laissez passer ne sera donc plus signé et ceux qui contreviendraient à cet ordre formel encourraient les peines les plus graves

Le Gouverneur compte donc sur la bonne volonté de tous pour s'y soumettre, en le faisant ils concourent à la prochaine victoire française

Le Bombardement continuant avec une certaine intensité, il dépendrait d'un coup heureux, de gros calibre pour priver le détachement de ses mitrailleuses et placées sous la garde du poste du bois des Bluses. Mr le Lt Bambillet donnera des ordres pour l'emplacement à choisir à cet effet. Il demeure entendu qu'aussitôt l'approvisionnement de farine rendu à Girauvoisin, l'adjudant d'aministration fera procéder à la fabrication du pain qui devra être terminée pour demain matin à 10 heures au plus tard.

18h Le bombardement cesse

A 20h le bombardement reprend avec intensité. 2 sections de mitrailleuses avec munitions ont pu être sauvées.

Un chargement de farine également.

 

Artillerie

5 octobre. 66e   Le bombardement du fort reprend à 9h 30 et cesse à 18 heures, à 20 heures il reprend avec intensité

Le Commandant Bouglé est évacué; le lieutenant Papin prend le commandement de l'artillerie du fort.

 

Le Lt  Papin écrit :

Je prend le Commandement de la 12° batterie en remplacement du Cdt Bouglé évacué à l’hôpital, cela jusqu’au 18 octobre date du retour du Cpt Guenot

(Le Lt Papin prend ainsi le commandement de l’artillerie étant le Lieutenant le plus ancien dans ce grade)

Posté par FortdeLiouville à 14:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 octobre 2014

4 octobre

4 Octobre 1914. 8h35. Le Ct d'Artillerie est prié de rendre compte au Gouverneur des opérations qui ont eu lieu cette nuit pour le transport des obus, 1° obus de 75 a transporté de la porte du fort à la côte 330.

2° obus de 120 à sortir et à placer près des baraquements des officiers, si des difficultés s'étaient opposées à une de ces opérations le Capitaine d'Artillerie en fera immédiatement un compte rendu qui sera destiné à être adresser au Commandement, tout le détachement devra se tenir prêt à marcher.

8.40 : Rapport du Colonel Ct la 32ème brigade d'Infanterie à St Agnant.

Situation non changée; la 32ème brigade reste dans la plaine à 300 mètres du village d'Apremont; sur le plateau à 200m environ de la lisière du bois Jura (ses premiers éléments à 80m) le bois brulé est occupé par nous, le bois Jura par l'ennemi.

Le service de surveillance autour du fort est organisé comme les jours précédents, la garnison est en cantonnement d'alerte à Girauvoisin.

Rapport du chef d'escadron Bouglé Commendt l'Artie du fort de Liouville sur la sortie des munitions.

10 Toutes les cartouches de 75 existantes au Fort ont été sorties et conduites à la côte 263 (1200 cartouches)

2° Il n'a pas été possible de sortir de munitions de 120. Le seul magasin dont l'accès soit possible est l'abri N°6. Les caisses à poudre ont sautés, projetant les projectiles qui se trouvaient dans l'abri. Les obus à mitrailles ont éclaté. Les obus à mélinite amorcés dispersés en tous sens par l'explosion ne peuvent plus être manipulés. Ils sont dangereux pour les transports et le service de batteries.

Observation. Pendant l'opération de la nuit du 3 au 4 Octobre, une partie de la voûte de la chambre située sous L'horloge, s'est écroulée spontanément (on ne tirait pas sur le fort depuis 3 heures) 5 hommes employés aux transports se trouvaient dans la chambre au moment de la chute de la voûte. Un seul a été contusionné, blessé au genou assez grièvement Signé Bouglé

18"40 Recu ordre N°48 du Gouvernement de Verdun.

 

Artillerie

 

4 octobre. 64e  - La garnison est en cantonnement d'alerte à Girauvoisin

-Compte rendu fait au Gouverneur sur la sortie des munitions :

- 1e Cartouches de 75. sorties 1200

  2e Impossible de sortir les obus 120. Le seul abri dont l'accès soit possible est l'abri6; mais par suite de l'explosion d'un dépot de caisses de gargousses des obus à mitrailles ont éclaté et des obus à mélinite amorcés ont été dispersés en tous sens, ils sont dangereux.

L'entrée de l'abri 10 ou se trouvaient les chevaux a été déblayée dans la nuit du 3 au 4; les chevaux ont été sortis

 Le Lt Papin écrit :

Une des premières visites au fort nous permet de délivrer les chevaux enfermés dans une casemate, dont un éboulement avait heureusement protégé l’entrée.

Pendant le bombardement, on leur faisait passer de la nourriture par une brèche qui livrait passage à un homme.

Il a suffit de leur rendre la liberté pour qu'ils sortent d’eux même du fort en passant par les fossés qui mesuraient au début 14 mètres de profondeur sous talus...

Collection capitaine GUENOT 003

Posté par FortdeLiouville à 08:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

3 octobre

3 Octobre  8h Ordre du Gouverneur : Un détachement dont le cadre et l'effectif seront fixé par le Ct Bouglé, se  rendra ce soir au fort dans les mêmes conditions que celles prescrites hier.

Mission : 1e Sortir du Fort tous les obus de 120 et les placer dans les baraquements des officiers.

2e Emporter les obus de 75 laissés hier au soir à l'entrée du Fort, à la côte 330 où le gradé chargé de l'exécution de cet ordre retirera du Ct de la Bie un reçu du nombre total des obus à lui versés.

Le camion de l'armée viendra chercher les obus de 120 dans la nuit du 4 au 5. Mr le Ct d'Artillerie assurera le chargement

Le Génie débarrassera dès ce soir la porte d'entrée de l'écurie où sont les chevaux qui pourront maintenant sortir du Fort par l'éboulis qui se trouve sur la façade du poste télégraphique de paix.

12h Le sergent major télégraphiera pour avoir la série des mots. Le détachement Infanterie et Artillerie devra se tenir prêt à marcher au premier appel.

13 Gr à Ct Bouglé. Amenez détachement Infanterie et Artillerie sans sacs à St julien. Exécution immédiate

Prendre disposition nécessaires pour ne pas être vu des aéroplanes.

18h Le bombardement du Fort a duré tout le jour

La nuit, les troupes non employées aux différents services et corvées, cantonnent à Girauvoisin.

 

Artillerie

 

3 octobre. 63e  13h30. Reçu du Gouverneur: «amenez les détachements infanterie et artillerie sans sacs à St Julien. Exécutez immédiatement»

Le bombardement du fort a duré toute la journée.

Une corvée se rend au fort le soir pour continuer la sortie des munitions de 75 et 120.

 

Le Lt Papin relate dans ses écrits :

 

C’est le 2eme ou 3eme  soir que le drapeau réapparaît au point culminant du fort, toujours bombardé de jour avec un acharnement tudesque !

 

Nous en avons émis l’idée. C’est le S/L d’infanterie BAUBILLIER qui s’est chargé de l’exécuter, avec un enthousiasme délirant. (patriote ardent, attentif à remplir ses nouveaux devoirs d’officier et venait nous demander, comme faveur, son tour de tourelle étant inactif, sans emploi ou presque dans l’arme où il était affectée.

 

Posté par FortdeLiouville à 07:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :