" />
13 octobre 2014

14 Octobre

14 Octobre.    D'après les ordres du Lt Colonel Gascoin, le Gouverneur prescrit au Capitaine Commandant l'Infanterie d'avoir à fournir de 6h à 18h une corvée permanente de 30 hommes à la disposition du Lieutenant Garnier Ct les 2 batteries de 90.

7h20 Télégramme adressé à Lt Cl Gascoin Neuves.Maisons.

Bombardement a fait un tué et 5 blessés. Détachement reçu ordre de se porter à Vignot d'où il pourra fournir corvée sur Fort Liouville.

8h Télégramme adressé à Gouverneur Verdun.

Cantonnement bombardé. Un artilleur tué et deux artilleurs et un fantassin blessés. Porte mon détachement à Vignot d'où il fournit corvées nombreuses infanterie et artillerie lourde aux ordres du Colonel Gascoin. Le Gouverneur adresse un salut ému à la victime du bombardement d'hier. Il espère que les blessés seront bien tôt rétablis. Ne voulant pas qu'un deuxième bombardement fasse des victimes inutiles il prend la décision de porter le détachement à Vignot. Boncourt primitivement choisi étant complètement bondé de troupes. Il compte sur  sur les officiers, sous-officiers et soldats pour avoir une conduite et une tenue parfaites dans le nouveau Cantonnement. Il invite les commandants d'unités à faire fouiller le cantonnement de Girauvoisin pour qu'aucun objet militaire n'y soit abandonné.

Départ du détachement dans la formation prescrite par le Capitaine Fauquinon à 14heures.

La liaison téléphonique avec la gare de St Julien sera assurée par un poste qui sera installé à la mairie de Vignot

14 h Reçu note de service du Général Ct la 1e armée ainsi que l'instruction particulière concernant l'occupation et la défense des Forts de Liouville et de Gironville.

14h35 Il est prescrit au Ct de l'Infanterie de faire reconnaître et de faire occuper dès ce soir une position permettant de battre une attaque venant d'Apremont et de St Agnant

Ceci fait il placera ses postes et son gros en position d'attente. Faire tous les travaux utiles pour organiser cette position. Toute l'artillerie de Liouville officiers compris restera aux ordres du Lt Garnier Ct les Bies de 90 du plateau.

Reçu télégramme chiffré Gouverenur de Verdun à Commandant 166e Liouville. Ct armée vous a autorisé réduire garnison et bivouaquer le reste proximité dans abris de fortune sans vous éloigner fort que devez continuer garder sauf avis contraire armée.

15h30 Envoi télégramme Gouverneur Liouville à Gouverneur Verdun

(( Artillerie par ordre 1ere armée mise à la disposition du Lieutenant du Fort de Gironville  pour commandant artillerie sur plateau Liouville.

Infanterie occupe position autour du fort pour s'opposer à attaquer ennemi venant de St Agnant et d'Apremont.

15h35 Gouverneur Liouville à Général Ct 1ere armée.

Aurait besoin demi.compagnie Génie pour faire construire abris et tranchées, ayant prêté au Lt Colonel Gascoin et au Colonel Hebrard tous mes outils disponibles.

17.55 Reçu télégramme 31e corps à Gouverneur Liouville

Un officier de l'Etat major du 31e Corps sera demain 15 Octobre à 4h30 à la gare de St Julien pour étudier organisation défensive concurremment avec Capitaine Boulouneix.

18h Gouverneur Liouville à Général Ct la 1e armée

Dispositions prises: Les mêmes postes en avant. Si la compagnie Génie arrive ou si pouvons avoir outils prêtés a Colonel Gascoin nous organiserons la position de la façon suivante:

Au nord du Fort une tranchée face à St Agnant. Une tranchée Sud Est de celle.ci sur les pentes Nord.Est du Fort, face à Apremont. Ces deux tranchées contiendront un peu plus de l'effectif de la compagnie. Le capitaine aura son poste de commandement en arrière du centre de cette ligne. Le Gouverneur son poste près du Sentier qui monte de Liouville au Fort à 150 mètres de ce dernier. Il sera relié téléphoniquement en avant avec le Capitaine Ct l'Infanterie en arrière avec la gare de St Julien.

18h30 Départ du détachement.

Collection capitaine GUENOT 031

     Pour l'artillerie

14 octobre.  74e    L'artillerie fournit un détachement:1 officier (Lt Papin) 2Mx des Logis,2 brigadiers et 50 canonniers pour organiser une batterie de mortier de 220 dans le bois Besombois. La partie de la garnison cantonnée à Girauvoisin quitte ce village pour aller à Vignot

Les 2 batteries de 90 entrent en action

Posté par FortdeLiouville à 20:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


12 octobre 2014

13 Octobre

13 Octobre 3h45 Reçu ordre du Lt Colonel Gascoin demant 30 artilleurs et 1 officier pour le service des Bies de 90.

4h Ordre est donné au Ct de l'artillerie de fournir cette détachement qui sera rendu pour 5h30 en arrière du bois des Bluses

7h reçu note du Lt Colonel Gascoin demandant une corvée d'Infanterie de 30 hommes en permanence à sa disposition et demandant également au Gouverneur de vouloir bien se trouver pour 8h à son poste de commandement situé cabane du cantonnier qui se trouve au carrefour routes fort Liouville Boncourt St Julien Mécrin.

10h15 Ordre est donné au Capitaine Commandant l'Infanterie de régler dans sa compagnie des tours de corvées de 30 hommes qui seront envoyés en permanence à Liouville derrière le bois à mi chemin entre la lisière Est et la lisière Ouest près du chemin du Fort de Liouville à Boncourt. Il fera alterner ces corvées comme il l'entendra, Son chef se mettra en liaison immédiate avec le Lieutenant Colonel qui se trouve à la cabane du cantonnier sur la route du fort à Boncourt

Le Ct de l'artillerie aura toujours sur le même emplacement cité ci-dessus 40 artilleurs et gradés qui se mettront aux ordres du Lt Garnier Ct les 2 batteries de 90.

10h20 Il est prescrit au commandant de l'artillerie que les corvées commandées ce matin pour la journée pouvant avoir un caraactère de permanence, les hommes devront être munis de tout le nécessaire pour faire la soupe et un couvre-pied. Il demeure entendu que ces corvées continueront jusqu'à ordre contraire. Si cette précaution n'a pas été prise par le détachement déjà parti on devra faire le nécessaire pour leur envoyer ce dont ils ont besoin.

11h Il est prescrit D'après une demande faite par le Lt Colonel Gascoin, il est prescrit au Ct de l'artillerie de faire partir le plus tôt possible une nouvelle corvée de 60 hommes sous les ordres d'un officier et qui sera dirigée sur la cabane du cantonnier( route de Boncourt au Fort de Liouville), où elle devra être rendue un peu avant midi. Ces deux corvées , c'est à dire 100 hommes seront utilisées à construire des abris de batterie. Des ordres leur seront donnés sur le terrain par un officier d'Etat Major

14h Reçu du Gouvernement de Verdun l'ordre N°42( citation)

17h Le village de Girauvoisin est bombardé. La garnison du fort a eu un artilleur tué et quatre blessés.

18h D'après une demande du général Delestoile, le gouverneur prescrit au Lt Commandant l'artillerie d'avoir à fournir demain matin un détachement du 5e d'artillerie composé de 1 officier 2 sous-officier 2 brigadier et 50 hommes, qui sera rendu à Gironville le 14 octobre à Sept heures

Ce détachement devra être muni de pelles et de pioches

Vous pourrez faire descendre ces outils si possible de la forêt des Bluses par le détachement ou quelques hommes ayant terminé les travaux. S'il n'y a pas moyen rendre compte au Lt Colonel Gascoin que c'est une demande du Général Delestoile Ct le corps d'armée provisoire à Gironville. En casde difficulté me tenir au courant.

23h Les hommes blessés par le bombardement sont évacués à Commercy. Le canonnier tué sera inhumé demain à Girauvoisin. Les honneurs seront rendus par une fraction de chaque unité.

 

Artillerie

13 octobre. 73e . canons de 90 sur affût de campagne et 5 canons de 90 sur affût de siège et place sont envoyés de Toul et du fort de Gironville pour constituer des batteries sur le plateau de Liouville.

Deux batteries sont organisées, l'une de 3-90C, commandée par le Ss Lt Vandervynckt prend position au sud du chemin Boncourt-fort de Liouville sur le plateau près du bois Ste Catherine, l'autre de 4-90 SP. (lieutenant Mignot) prend position au nord du même chemin à la lisière du déboisé. Objectifs: tranchées aux abords du bois Jura et bastion nord de l'ouvrage du bois Brûlé

Les autres canons sont parqués dans le bois.

Le lieutenant Garnier de la 1/2 12e Bie de Gironville prend le commandemant des 2 batteries

Une corvée de 60 artilleurs construit des fausses batteries sur le plateau de Liouville au sud-est et au sud-ouest du bois des Bluses

17heures- Bombardement du village de Girauvoisin. La 6e batterie à 1 canonnier tué, 1 Mal des logis et 6 canonniers blessés.

Posté par FortdeLiouville à 17:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 octobre

12 Octobre. 8h Reçu télégramme de Neuves-maisons.

Chef Etat-major 1 armée à Gouverneur Fort Liouville.

Trouvez-vous à 12 heures au Fort de Gironville y prendre les ordres du Lt Ct Gascouin de mon Etat Major. Préparez vos outils du Fort.

8h 10 Mr Graziani adjudant du Génie est chargé de réunir à la Mairie tous les outils provenant du Fort. Dans chaque unité on fera le nécessaire pour que ces outils soient rendus pour 9 heures.

Une corvée fournie mi partie par l'Infanterie mi parties par l'artillerie, conduite par Mr Graziani se rendra au Fort et descendra à Girauvoisin les outils qui sont disponibles et le plus possible de fil de fer. Dans chaque unité on fera connaître au Gouverneur ce qui reste d'hommes disponibles, les différents postes fournis.

La corvée montée au Fort la nuit dernière a rapporté au cantonnement :

Têtes mobiles                        de 155-2

                                                 de 120-13

                                                       90-14

Goniomètres de siège              13

                de campagne              3

Réglette de correspondance   7

Niveau Mle 1888                       8

Glace de rechange                    12

..   ..   ..   niveau                         7

Lunettes de batteries               2

Longues vues                            3

Cartes diverses- un rouleau.

Le compléments de têtes mobiles qui manque provient que les caisses aux armements sont ensevelies où qu'on n'a pu les enlever des pièces.

13h45 Ordre du Gouverneur : Trois Corvées de la force de 75 hommes chacune commandées par uns officier seront mises à la disposition du Génie. La 1e corvée sera rendue à 14h à la lisière E du bois des Bluses à hauteur du chemin de Boncourt à Liouville, elle sera munie principalement de toutes serpes disponibles et ne sera composée que d'artilleurs. Ces hommes emporteront le nécessaire pour faire la soupe ce soir.

2e Corvée de 75 hommes et 1 officier sera rendue à 21 heures au même point avec pelles et pioches. Elle travaillera de 21 heures à 24 heures et sera composée principalement d'Infanterie.

3e Corvée. Même composition que la précédente rendue au même point à 1 heure du matin. Elle travaillera de 1 Heure à 3 heures.

Le capitaine du Génie se trouvera sur la route de Boncourt pour leur donner des instructions.

En cas de besoin de renseignements le poste de commandement se trouve à la cabane du Cantonnier qui se trouve au carrefour Liouville Boncourt St Julien Mécrin.

          Ordre de la Place de Liouville N°1

Le Gouverneur est heureux d'adresser un témoignage d'entière satisfaction aux gradés de la garnison qui dans les circonstances difficiles ont fait vaillamment leur devoir.

          Sapeurs Télégraphistes.

Caporal Tassel :

1° s'est offert pour réparer la ligne télégraphique du Fort coupée par les explosions de projectiles, et a 4 fois de suivre le 29 7bre reposé le fil entre le Fort et le baraquement des officiers sous un bombardement violent.

2° A fait plusieurs fois su 26 7bre au 1e octobre le trajet St Julien au fort pour apporter au Gouverneur des télégrammes officiels, toujours sous le bombardement.

3° Des obus ennemis tombant sue le village de St Julien autour du poste télégraphique le 1° Octobre, a démonté avec le plus grand sang-froid les appareils de poste et n'a quitté le local menacé qu'après avoir rétabli la communication coupée.

Les sapeurs Citray , Danset, Janovet, Arnaudet :

Ont spontanément accompagné le Caporal Tassel le 29 7bre pour assurer 4 fois de suite le rétablissement des communications télégraphiques sous le feu violent de l'ennemi et ont montré beaucoup de sang-froid en démontant l'installation du poste de St Julien le 1 Ocbre et en rétablissant la communication coupée sans se soucier des obus qui tombaient aux environs immédiats du poste

Artillerie :

Ml des Logis Fouquereau :(( blessé aux cotés de son capitaine

Mldes Logis Davion : ((Conduite courageuse dans des circonstances difficiles

Brigadier Laflotte :((onduite courageuse dans des circonstances difficiles

Brigadier Martin :

Après l'accident de la tourelle de 155 provoquée par l'inflammation de gargousses s'est offert comme servant de cette tourelle et est resté à son poste jusqu'à cessation du feu. A disparu le 29 7bre à la suite d'un éboulement qui vraisemblablement a dû l'ensevelir.

Brigadier Montcourant : (( blessé grièvement en service volontaire

Boudinot 2e Cse : (( mort à son poste

Delaunay 2e Cse : (( blessé grièvement à son poste

Schebert 2e Cse : (( pour conduite exceptionnelle maintes fois renouvelée

Gardien Mal du Logis, Channelle Cer, Adam Cer, Robert :

Se sont offerts spontanément et ont accompli leur service dans des circonstances très difficiles, sans protection sous un feu intense

Fabry sous chef artificier, Ledit Mal des logis :

A la suite de l'accident survenu à la 2e pièce de la Bie 8 se sont prodigués pour faire enlever les blessés et les morts et ont encouragés leurs hommes dans cette tâche pénibles, sont ensuite retournés pour chercher les morts à la Bie St Agnant

Cordelier 2e servant :

Servant la 2e pièce de la Bie 8, a été blessé et conservant tout son sang-froid, s'est inquiété de venir au secours de ses camarades blessés

Bridard 2e servant, Poupon St, Dagonnet St, Brodier Trompette :

Ont pris une part active au sauvetage des blessés de la Bie St Agnant sous un feu violent

Castelain 2e St, Flanrin St :

Téléphonistes au poste de St Agnant, restés seuls dans le poste autour duquel tombaient les projectiles sont restés à leur poste jusqu'au moment où on les a fait sortir

Dolaincourt brigadier :

S'est occupé avec sang-froid de faire le service extérieur de la Bie de St Agnant

 allant sous le feu de l'ennemi soit à la cuisine, soit au poste Est allé porter un ordre à la Bie 13 pendant le bombardement.

Richy, Galtier Guillaume, Dagonnet, Mainsart Gabriel, Droit Boquillon, Bouchy, Flamin, Chardin, Barthelemy, Barbier Manuel, Bedin, Oubriot 2es Servts :

Se sont spontanément offerts comme volontaires et ont servie sous le feu la bie 8 de St Agnant

Davion Mal des Logis :

A  dirigé pendant longtemps le tir de la tourelle de 155 et est monté sur cette tourelle pendant un feu violent avec les canonniers Marc et Masson pour réparer la tourelle

Marc Mre Pointeur, Masson 2e servant :

Sont montés sur la tourelle de 155 sous un feu violent pour réparer la tourelle.

Scheiber 2e St, Chesnau  , Genet , Graaf :

Ont déployé un grand zèle pour réparer les 2 tourelles 155 et 75, n'hésitant pas à traverser les cours sous le bombardement violent de l'ennemi.

Isaac Mal des Logis :

A commandé sans défaillance le tir de la tourelle de 155, réussissant à maintenir les hommes malgré le bombardement violent.

Mallet Mal des Logis, Scheiber 2e St :

Ont fait l'impossible pour retrouver le canonnier Delonnay resté brûlé dans la tourelle de 155.

Briard 2e St :

A la tourelle de 155 est toujours resté calme, et est resté longtemps sans repos dans cette tourelle

Lepage 2e St :

Téléphoniste à la tourelle 155, les hommes s'affolant a aidé le sous-officcier à les ramener à leurs postes

Hay 2e st :

est resté deux jours à son poste à la tourelle 155

Macquart brigadier et 2 hommes :

Ont manoeuvré le treuil à 3 dans un moment critique pour que la tourelle puisse tirer

Scheiber 2e St :

Lorsque les hommes ont dû descendre à l'abri caverne Sud, a eu la présence d'esprit de chercher les clefs de cet abri caverne.

Crébucien :

Sous le bombardement violent du 23 7bre s'est offert comme volontaire et est allé de la Bie de St Agnant au Fort de Liouville et retour pour permettre de communiquer avec le Gouverneur

Mallet Mal des Logis :

A donné un bel exemple à ses hommes en se prodiguant lui-même au service des pièces de la Bie N°5 malgré un feu trés violent

Gesquière Mal des Logis :

A concouru également à assurer le service de la Bie 5 dans les mêmes conditions

Carpentier 2e St, Bayol 2e St, Manpornet 2e St, Chesneau 2e St, Scheiber 2e St, Genet 2e St, Graff 2e St :

Ces septs hommes ont servi la tourelle de 75 avec un grand zèle, les quatre derniers ont monté environ 30 fois sur la tourelle pour éjecter les douilles qui restaient dans les pièces

Chesneau 2e St, Marc Mr Pr ( maitre pointeur?), Antony 2e St, Gachter 2e St, Hay 2e St :

Ont servi, le premier pour le bombardement et sous un feu violent, tour à tour, deux pièces de la Bie 4 et une pièce de la Bie N°5.

Blanzy :

A servi la tourelle de 75 avec zèle et a été planton a cette tourelle pendant 3 jours consécutifs

Infanterie :

Louis Sergt majr :

A quitté le fort à plusieurs reprises pendant le bombardement pour établir la liaison avec les troupes voisines. A dù faire assurer la nourriture des chevaux

Prignant Sergent :

Est sorti du Fort à plusieurs reprises pendant le bombardement pour établir la liaison avec les troupes voisines

Miniot Cap., Delabranche 2e cl :

Les fils téléphoniques du Fort ayant été coupés ont assuré pendant le bombardement la liaison entre le Fort et le poste téléphonique de St Julien. Ont cherché à rétablir les lignes qui chaque fois ont été de nouveau détruites

Delaunay Capal :

La tourelle de 155 ayant été immobilisée est monté sur la coupole avec des canonniers pendant le bombardement pour le remettre en état. Chargé de faire établir un blindage dans la manutention dont la façade venait d'être démoli a, pour entraîner ses hommes effrayés par la chute d'un 2e obus dans la cour, commencé le travail lui-même. A été blessé par un éclat d'un 3e projectile tombé à ce moment

Crébutier 2e cl. :

La communication téléphonique ayant été coupée entre le Fort et la Bie de St Agnant, s'est proposé pour aller pendant le bombardement de la Bie de St Agnant du Fort et de la Bie intermédiaire pour aller demander des ordres au Gouverneur, les a rapporté à la Bie de St Agnant par le même chemin et sous le feu. En cours de route a été jeté à terre deux fois par le souffle des projectiles explosant près de lui.

Beluet Cuisinier :

Cuisinier à la Bie de St Agnant. La façade de la cuisine étant en partie écroulée, a continué à préparer le repas des hommes de la Bie de St AgantBie de St AgantBie venant surveiller la cuisson des aliments entre la chute de 2 projectiles et quittant la cuisine qu'au moment ou un sifflement lui annonçait l'arrivée d'un obus.

Pierrot Béchez 2e cl., Bouillard, Barez :

Sont allés pendant le bombardement communiquer des ordres ou prendre des renseignements a la Bie de St AgnantBie de St Agnant

Bancquart Capal :

A assuré à plusieurs reprises pendant le bombardement la liaison entre la Fort et le village de St Agnant. S'est proposé 3 fois pour diriger des corvées journalières dans le fort ( recherches de vivres ou d'effets dans les locaux en partie écroulés) et a fait exécuter les corvées avec le plus grand sang-froid.

Marnier Caporal :

Malgré le bombardement intense a assuré la fabrication du pain et distribué les vivres nécessaires à la Garnison.

Le Gouverneur sera heureux de délivrer à chaque gradé ou soldat mentionné ci-dessus une copie de l'ordre personnel le concernant et qu'il signera.

 

Collection capitaine GUENOT 005

 

 

Artillerie

 

 12 Octobre 72e    L'artillerie fournit une corvée d'un officier et 75 canonniers pour le service du Génie

Le cpt GUENOT quitte l’hôpital de Lyon le 12 octobre .
30 jours congé lui sont alloués...
Il rejoint sa famille dans la banlieue de Nancy.

 

Posté par FortdeLiouville à 15:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 octobre 2014

Groupe Electrogène

Groupe Electrogène

 

Depuis la semaine dernière, le Fort est prêt à retrouver la lumière avec l'installation d'un nouveau groupe plus moderne et plus puissant  qui vient en remplacement de celui qui jusque là,  avez fourni l'énergie nécessaire à nos tâches (travaux et visites) . Il a fallu une matinée pour la mise en place de l'engin, grâce au travail de préparation qui avait été fait en aval par les bénévoles de l'association. Son raccordement devrait intervenir prochainement!!!

Ci-dessous quelques photos de sa mise en place.

 

 

 

IMG_3267[1]

IMG_3266[1]

 

 

 

 

IMG_3268[1]

IMG_3269[1]

IMG_3270[1]IMG_3271[1]

IMG_3272[1]IMG_3273[1]

IMG_3274[1]

IMG_3275[1]

IMG_3278[1]

 

IMG_3276[1]

IMG_3277[1]

Posté par FortdeLiouville à 10:53 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

11 Octobre

11 Octobre    Les mêmes postes sont envoyés aux mêmes emplacements que les jours précédents pour tirer sur les aéroplanes. Le service de surveillance assuré par des factions placées autour du fort continue comme précédemment.

Le Maire le Liouville ayant réclamé au Gouverneur 50 rations de pain pour les habitants ordre est donné à l'adjudant d'administration de faire la quantité nécessaire qui sera payé comptant.

15h Ce soir le Ct de l'artillerie ouvrira enverra une corvée qui sera chargée de rapporter ou de faire disparaître les culasses de tous les canons.

Le Détachement se tiendra prêt à marcher ce soir après la soupe probablement pour toute la nuit

Si le Capitaine Fauquinon n'est pas rentré Mr Papin prendra le commandement de tout le détachement.

Le Fort a été bombardé une partie de la nuit.

Dans le journal de l'artillerie

11 octobre

Posté par FortdeLiouville à 07:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


08 octobre 2014

10 octobre

10 Octobre  Une forte canonnade a eu lieu une partie de la nuit en avant de nous. Ordre est donné au détachement de se tenir prêt à marcher au premier appel, il sera réuni les faisceaux formés à la sortie N.O. de Girauvoisin où il recevra les ordres.

Les mêmes postes seront envoyés aux mêmes emplacements qu'hier pour tirer sur les aéroplanes.

Le poste télégraphiques du fort transporté à la gare de St Julien  continuera à prendre et à recevoir les télégrammes privés de la garnison du fort mais ce dernier ne sera assuré qy'autant que la ligne ne sera pas en service pour l'autorité militaire. Les télégrammes urgents seront d'abord visés par le Gouverneur. (le texte est trouble, quelques doutes sur les mots employés).

10h Le colonel Ct la 32e Brigade m'écrit qu'il doit dans le dénuement le plus complet, et qu'il leur manque les objets de première nécessité tels que bougies allumettes etc. et demande si on pourrait pas leur en céder à titre de remboursement sur les réserves du fort. Il désirerait aussi se procurer 5 ou 6 paires de gants moufles et un pantalon pour cycliste. En conséquence le Gouverneur prie le Capitaine Ct. la compagnie d'Infanterie de vouloir bien envoyer une corvée au Fort pour essayer d'y trouver les objets en question.

10h  Reçu note Colonel Ct 32e Brigade à Gouverneur Fort Liouville

Cette nuit violent bombardement sur tout le front de la 32e Brigade. A 4h violente attaque sur le bastion N de l'ouvrage du bois Brûlé. Les allemands y ont pénétré; ils ont été chassés par le tir à obus explosifs de notre artillerie. Actuellement nous occupons l'ouvrage. L'ennemi a subi de grosses pertes. Prière de vouloir bien indiquer au chasseur porteur du pli, l'emplacement des troupes du Fort.

        St Agnant 10 octobre 1914-9h45

                                     C  ........... (nom illisible) Ct la 32e Brigade

12h  On entend une vive fusillade dans la direction du bois Brûlé

Le détachement Ordre est donné au détachement de se porter dans le ravin  lisière O du bois des Bluses. Une section est placée en observation à la lisière N.O.

A 18h ordre est donné au Détachement de regagner son cantonnement.

Quelques obus sont encore arrivés sur le fort vers le soir.

 

Artillerie

10 octobre. 70e  .Le lieutenant 12 heures. La garnison se porte dans le ravin S.O. du bois des Bluses. (vive fusillade vers le bois Brûlé)

18 heures. La garnison rejoint le cantonnement

Le Lt Papin écrivait :Des nuits écourtées, des marches interminables en terre labourées, des faux départ de cantonnements qui nous laissent mouillés et sans vivres au retour, bref, les mauvais jours que plus d’un a connu au début de la campagne, qui furent pénibles à des hommes déjà exténués.

 

Posté par FortdeLiouville à 17:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

9 octobre

9 Octobre.  5h Le Bombardement a cessé. Des ordres sont donnés à la Cie d'Infanterie pour qu'une demi-section soit placée à la lisière du bois Jurien, une section mitrailleuse dans le bois au dessus de St Julien pour tirer sur les aéroplanes.

13h25  Ordre est donné au Détachement de se tenir prêt à marcher au premier appel. En conséquence il sera réuni les faiceaux formées à la sortie N.O. de Girauvoisin où il recevra les ordres.

A 18h  ordre est donné au Détachement de rentrer à son cantonnement : Des postes sont envoyés toujours placés autour du fort et reliés avec l'Etat-major de la 32e brigade qui est à St Agnant par le téléphone du Ct d'artillerie dont d'un groupe est d'artillerie placé dans un peu en arrière de la lisière N.E. du bois des Bluses.

Quelques obus sont tombés sur le Fort dans la journée

Les obus de 120 et les gargousses sortis du fort par l'artillerie sont toujours à la lisière Est du bois des Bluses.

 

 Artillerie

 

9 octobre. 69e.  Le bombardement cesse à 5 heures; quelques obus seulement sont envoyés dans la journée.

le Lt Papin note :

Notre garnison est disloquée, le gouverneur occupe St Julien quand nous même nous sommes à Girauvoisin.

Posté par FortdeLiouville à 11:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

8 octobre

8 Octobre  Le bombardement du Fort a continué toute la journée du 7 et la nuit du 7 au 8. L'addon est chargé de faire le pain nécessaire pour les habitants de Liouville qu'ils l'ont demandés. Ce pain sera payé aussitôt.

6h  Ordre du Gouverneur : Le gouverneur rappelle pour une dernière fois que lorsqu'un aéroplane ennemi survole nos lignes, tous les hommes doivent rentrer dans leurs cantonnements, il défend également de s'absenter, soit pour aller dans les champs ou sur les routes. Les Cts d'unités veilleront à l'exécution de ces ordres avec la plus grande sévérité. Les chefs de poste veilleront à ce que toutes les issues soient barricadées toutes les nuits

10h  Les avions allemands survolant souvent nos batteries, ces dernières ont demandé à l'Infanterie de vouloir bien prendre les dispositions pour pouvoir tirer sur eux. En conséquence, le Gouverneur prescrit :

1e Une demi-section ira s'installer sur les pentes sud-ouest du Fort dans le bois qui se trouve au dessus de St Julien. Mr Bambillier prendra ses dispositions pour qu'une section de mitrailleuses soit disposée dans le même but sur la même position.

2t  Une demi section à la lisière du bois Jurien

Les tirs sur les avions seront fait collectivement sous les ordres du sous officier commandant la fraction. Tous les postes placés autour du Fort devront recevoir la même mission. Ce service commencera après la soupe du matin et cessera à la tombée de la nuit.

Le Ct de l'Artillerie rendra compte au Gouverneur si les obus et gargousses de 120 ont été enlevés cette nuit. Le Gouverneur autorise le Ct de l'Artillerie à se démunir d'un certain nombre des ses hommes pour être détachés auprès du 5e d'Artillerie lourde pour y faire le service des pièces, Cette disposition provoquée par une demande du Colonel d'Artillerie commandant ce régiment.

Pendant la nuit la Cie d'Infanterie continue ses travaux de retranchements. Le bombardement du Fort a continué une partie de la nuit.

 

Artillerie

8 octobre. 68e La sortie des obus de 120 a continué dans la nuit du 7 au 8.

-12 canonniers sont prêtés à une batterie du 5e regt d'artillerie lourde pour exécuter les travaux de terrassement

Le bombardement continue la journée et une partie de la nuit.

le Lt PAPIN écrit :

Vinrent les plus mauvais jours …

Ceux d’une troupe errante d’artillerie sans canons, sans chevaux, et sans voitures….recevant le commandement de chefs inconnus et multiples…au hasard des besoins du moment.

Nous étions à la jonction de la 1°et 2° armées.

Posté par FortdeLiouville à 05:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 octobre 2014

7 octobre

7 Octobre. 9h Gouverneur Liouville envoie un télégramme à Gl Ct l'armée. Très péniblement avons pu retirer 460 obus 120 et 12 caisses gargousses réunis à la sortie E du bois des Bluses où vous pouvez les faire prendre. Avons eu deux artilleurs bléssés légèrement pendant le bombardement.

10h 15 Ordre du Gouverneur : Le Ct d'Infanterie fera reposer ses hommes dans la journée de manière à ce que ce soir aussitôt après la soupe ils puissent remonter au Fort pour y continuer les travaux de retranchements

Le Ct de l'artie prendra toutes dispositions utiles pour continuer à sortir projectiles et gargousses de 120.

Le Gouverneur ayant pressenti le Ct Marcilley Ct l'artillerie de campagne au sujet de l'emplacement de quelques pièces de 90 existant encore en dehors du Fort ce Ct a fait la réponse suivante : Mes Bies occupent tout le plateau déboisé entre le fort et le bois des Bluses où elles sont même à l'étroit et il ne reste aucune place pour installer d'autres pièces. Signé Marcilley  

17h  Reçu compte rendu du Lt Papin Ct l'artillerie au sujet du transport des obus.

D'après ce rapport les ordres qui avaient été donnée par le Gouverneur ce matin à l'artillerie à ce sujet sont annulés

 

Artillerie

 

7 octobre. 67e  .Le bombardement a continué toute la journée et la nuit suivante

Le lt Papin écrit :Après ces premières journées où de jour nous servons de fantassins, et de nuit, d’hommes de corvées pour transporter  nos munitions et mettre  nos culasses et accessoires d’artillerie en lieu sûr...

Posté par FortdeLiouville à 13:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 octobre 2014

6 octobre

6 Octobre  8h 15 Reçu de Neuves maisons (état major de l'armée télégramme

Rendre compte de ce qui a été fait les deux dernières nuits pour l'évacuation des obus  de 120.

9h Bombardement du Fort commence

9h 20 Réponse du Gouverneur de Liouville.

Le Gouverneur du Fort de Liouville a l'honneur de rendre compte qu'il a transmis par téléphone le 4 à l'état major de l'armée, le compte rendu suivant du Ct d'Artie du Fort au sujet des obus de 120.« Il n'a pas été possible de sortir de munitions de 120. Le seul magasin dont l'accès soit possible est l'abri 6. Les caisses à poudre ont sauté projetant les projectiles qui se trouvaient dans l'abri. Les obus à mitraille ont éclaté. Les obus à mélinite amorcés, dispersés en tous sens par l'explosion ne peuvent plus être manipulés. Ils sont dangereux pour le transport et le service des batteries » Observation : Pendant l'opération de la nuit du 3 au 4 Octobre, une partie de la voûte de la chambre située sous L'horloge, s'est écroulée spontanément (on ne tirait pas sur le fort depuis 3 heures) 5 hommes employés aux transports se trouvaient dans la chambre au moment de la chute de la voûte. Un seul a été contusionné, blessé au genou assez grièvement. A la suite de ce rapport, l'opération avait été suspendu. Inutile de dire qu'à chaque opération de nuit le bombardement recommence. Dans la nuit du 4 au 5 nous avons retiré du Fort, les chevaux, essayé de dégager les papiers et la caisse

Dans la nuit du 5 au 6. infanterie et Artillerie ont travaillé le 1 ère à continuer ses travaux de tranchée, la 2 e a fait son possible pour amener des 90 et des 120 placés en dehors sur des emplacements reconnus dans la journée

On a aussi sorti 2 sections de mitrailleuses. Après avoir éventés par un projecteur ennemi la troupe et le fort ont subi un bombardement violent. Le Gouverneur serait heureux si un officier d'Etat-major pouvait venir se rendre compte sur place de l'état des lieux comme l'a fait le Colonel Bouttiaux, du service de l'aviation à qui on peut demander des renseignements.

A 10 h  Réponse de l'armée : Neuves-maisons

Laissez de coté l'abri 5 et occupez-vous de dégager ceux d'entre les autres dont l'entrée est le moins encombrée

A 10h 15  Ordre du Gouverneur. Mr Papin commandt l'artillerie se portera au Fort aussitôt après la soupe avec ses hommes (moins ceux ayant travaillé la nuit dernière) et fera son possible et même l'impossible pour donner satisfaction à la dépêche ci dessus du Général. Il s'agit toujours de dégager les obus de 120. Il rendra compte ce soir par écrit de sa mission au Gouverneur. Un compte-rendu ayant été envoyé ce matin au Général sur les difficultés rencontrées et sa réponse est celle que vous lisez. Je lui disais entre autres choses : le seul magasin dont l'accès soit possible est l'abri 6. N'importe, tâchons d'y arriver coûte que coûte. Mr Saxe devra bien entendu vous accompagner.

A 11h  Reçu le compte rendu suivant du Capitaine Ct la 14e Cie. J'ai l'honneur de vous rendre compte que le travail des tranchées n'a pu continuer après 9h20; le bombardement sur le Fort et le plateau ayant ayant recommencé vers cette heure

Vers 9h j'ai vu une fusée éclairante lancée de la trouée de Varnéville ou des pentes des Recollets dans la direction de la route Apremont St agnant. Cette fusée a éclairé pour nous les pentes du plateau de la Louvière et a dû éclairer pour l'ennemi les pentes de Liouville sur St Agnant. 15" Après le bombardement commençait. Après m'être assuré que rien n'était arrivé aux hommes travaillant dans le Fort qui ont pu sortir une section de mitrailleuse et 720 kilos de farine, j'ai ramené le détachement de travailleurs, dans le ravin de St Julien ou j'ai fait un arrêt de trois quarts d'heure pensant que le bombardement cesserait. Celui-ci continuant j'ai fait rentrer la troupe et suis resté à St Julien avec Mr Vandervinck pour faire une enquête sur un feu allumé nous a dit un officier du Bataillon qui y cantonne dans la maison incendié près de l'église, vers 8h 1/2. J'ai constaté en effet que de la paille nouvelle avait été déposée sur les décombres et avait dû être enflammée. A la suite de l'enquête que nous avons fait aidés par un médecin-major, nous avons supposé que ce feu avait très bien pu être allumé par les habitants de la maison en face et au dessus de la maison incendiée. Ces gens (berger de St Julien) sont étrangers et ont une attitude louche. Nous avons prévenu l'officier de la brigade, chargé de l'espionnage. Il doit faire une enquête ce matin. Il est évident que notre départ pour le plateau a été éventé signalé. La nuit n'était pas très claire et nous ne pouvions être vu avant le départ de la fusée

Le Lieutenant Mignot a été envoyé en liaison avec le Ct d'Artillerie

A 13h 40  Reçu note du Colonel Marlier Ct la 32' brigade.

A 13h 45  Ordre du Gouverneur. La 32e Brigade attaque aujourd'hui à partir de 14h le bois Jura et Apremont. Le Colonel Marlier commandant cette brigade demande que la garnison de Liouville se tienne prête aux environs du fort à tout événement et envoyer un agent de liaison à bicyclette à la Carrière N.O. de St Agnant. Départ de Girauvoisin aussitôt après avoir reçu cet ordre.

14h 50  La troupe est placée dans le bois des Bluses. Un agent de liaison à bicyclette est envoyé au Colonel Marlier.

18h  Le bombardement ayant cessé le Lt Bambillier et une équipe de mitrailleurs est envoyé au Fort pour achever de sortir les mitrailleuses.

Une corvée d'artillerie se rend également au Fort pour sortir des obus de 120

21h  Ordre est donné à la garnison de regagner son cantonnement.

21h 10  Le bombardement reprend avec intensité. Malgré le bombardement la corvée d'artillerie a réussi à sortir 460 obus de 120 et 12 caisses de gargousses qui sont déposés à la sortie E du bois des Bluses. Dans le cours de cette opération deux artilleurs ont été blessés.

Artillerie

 

6 Octobre. 66e  9 heures. Le bombardement du fort continue.

14 heures. La partie disponible de la garnison du fort quitte Girauvoisin pour se rendre au bois de Blusses. Mouvement prescrit ou reçu d'un renseignement du Colonel Ct la 21t brigade d'Infanterie qui demande que la garnison de Liouville se tienne prête aux environs du fort pendant que la brigade attaquera le bois Jura et Apremont.

18 heures. Une corvée se rend au fort pour sortir des obus de 120L.

21 heures. La garnison rejoint Girauvoisin

21h10. Le bombardement reprend avec intensité

La corvée a sorti dans la nuit. 460 obus de 120 et 12 caisses de gargousses

le Lt Papin écrit:

L’automobile du Lt MIGNOT, amenée par lui lors d’une période qu’il effectuait, et réquisitionnée dès la mobilisation pour les besoins du Service, eut un sort moins enviable, après être restée huit jours indemne sous un recoin de gaine, elle fut pulvérisée le neuvième, à tel point que l’on retrouve que des morceaux épars dispersés partout.

Et combien d’autres objets eurent le même sort !!!

Posté par FortdeLiouville à 07:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :